« J’ai fait un rêve : celui d’une ville où les Carcassonnaises et les Carcassonnais étaient réunis », Gérard Larrat :

Publié le 20 mars, 2014 à 7:15 par


Chers amis,

Nous sommes à 3 jours seulement du 1er tour. La pression monte. Rassurez-vous, je l’ai aussi !

Mais je suis rassuré, j’y crois. Et vous savez pourquoi ?

Parce que vous avez fait du bon travail, NOUS avons fait du bon travail !

Nous avons, jusqu’alors, battu une très belle campagne, à la rencontre des Carcassonnaises et des Carcassonnais, dans les rues, dans les quartiers, dans les hameaux, dans les commerces, dans les associations, sur le marché, sur notre lieu de travail, avec nos amis, à la permanence, dans les journaux, sur les radios, sur Internet.
Et au vu des réactions que nous recueillons, je constate que nous avons la meilleure équipe !

Je tiens à vous féliciter car pour l’instant, c’est un sans faute ! Je suis très fier de vous !

Et notez que contrairement aux autres, nous n’avons pas eu recours à des sociétés privées pour aller au porte à porte, c’est NOTRE sueur qui nous mènera à la Victoire !

Nous avons été mobilisés sur tous les fronts, nous nous sommes défendus, nous avons attaqué et même repris l’ascendant. L’énergie est de notre côté.

Mais cela suffira t’il ?

Le combat politique est un combat de boxe, il se joue aux poings et aux points et seul le verdict compte quand la cloche sonne. Pour nous, le verdict sera celui des urnes et jusqu’à dimanche soir, il ne faut rien lâcher !

Je m’adresse donc à vous tous, colistiers, militants, bénévoles, nouveaux venus, curieux et convaincus : une élection ne se gagne pas uniquement sur Facebook ou à la permanence, elle se gagne D’ABORD sur le terrain, à la force de la conviction, à la rencontre de celles et ceux qui prendront un bulletin Bien Vivre à Carcassonne, le 23 et qui en reprendront un le 30 mars !

Il n’y pas de star ici. Prouvez-moi une nouvelle fois que je ne me suis pas trompé en vous choisissant !

C’est la dernière ligne droite, j’attends de vous que vous vous battiez !

Si chacun d’entre vous arrive à convaincre 100 personnes supplémentaires, le 30, nous marcherons fièrement sur Carcassonne !

Nous ne marcherons pas sur Carcassonne pour assouvir un quelconque désir de vengeance,
nous ne marcherons pas sur Carcassonne pour prouver que nous sommes les meilleurs, nous marcherons sur Carcassonne pour reprendre les clefs d’une ville qui se meurt et que nous allons, par notre travail, réveiller !

Parce que nous aimons Carcassonne et parce q’il y a urgence, je vous demande de ne pas relâcher la pression !

L’équipe actuelle est en train de tuer la ville, NOTRE Ville ! A sa tête, un professionnel de la politique, un homme sans grande envergure ni compétence, un petit garçon gâté qui traite Carcassonne comme un jouet qui ne l’intéresse plus.

L’a-t-il déjà intéressé ?

Un jouet dont il a hérité par défaut, suite à une fraude dont j’ai été blanchi et dont il savait bien que je n’étais pas responsable ! Des diffamations et des mensonges qu’il a vomi, aidé pour cela par certains notables, pas tous évidement, qui me détestent car je suis un homme qui s’est imposé par son travail et non pas grâce à la fortune familiale !

Ne vous y trompez pas, Jean-Claude Pérez est un petit chef teigneux et arrogant :

Il n’est pas l’homme honnête et sympathique qu’il prétend être,

Lui qui a promis aux plus démunis, notamment dans les quartiers, et qui les a laissés sur le bord du chemin,

Lui qui est l’un des députés les moins assidus de France depuis 4 mandats,

Lui qui affuble son chien de l’écharpe républicaine au mépris des institutions,

Lui qui cautionne l’embauche de dizaines d’enfants ou de proches d’élus à la mairie ou à la CAC,

Lui qui se gare sans respect sur les places handicapés au mépris de la loi,

Lui qui fume dans les couloirs de la mairie,

Lui qui, en somme, a plus de droits que de devoirs,

Il n’est pas non plus le grand Humaniste qu’il prétend être. Certains de mes amis me disent, de franc maçon, une fois l’an, il n’a que le tablier !

Lui qui insulte la grand-mère de l’un de nos colistiers en disant « Je n’aimerais pas savoir comment elle était coiffée à la Libération ».
Le mari de cette dame, Monsieur Pérez, était membre des Forces Françaises de l’Intérieur qui ont permis que nous vivions en Démocratie !

Lui qui insulte Jeannette Driss à grands renforts de sous-entendus racistes, elle dont les aïeux se sont battus pour notre pays !

Lui qui insulte une colistière d’Hervé Boissonade en s’attaquant bassement à son physique,

Lui qu’un colistier de Jean-François Daraud, Paul Boyer, accuse d’avoir déclaré à son sujet « Toi, tu mérites d’être fusillé »,

Lui qui exclue Amandine Carazoni quand elle ose s’opposer à lui en conseil municipal,

Lui qui raille Isabelle Chésa lorsqu’elle propose un pacte éthique alors qu’il ne respecte pas le non-cumul des mandats,

C’est cela être Humaniste ? C’est cela être de gauche ?

Non, cela, c’est plutôt se comporter comme un petit despote calomnieux !

Jean-Claude Pérez n’est également pas le rempart qu’il prétend être contre le Front National,

Lui qui en coulisses, se gosse de sa présence pour mieux diviser les électeurs.

A ce sujet, je ne crois pas à la montée spectaculaire du FN mais je ne jetterai pas la pierre à ceux qui en ont ras le bol des clivages et de l’inaction des politiques. À nous de les convaincre que le seul bon parti pour la ville, c’est le notre, c’est Carcassonne !

Il n’est pas non plus celui qui mobilise,

Lui qui a fait venir des bus entiers de militants de la Haute Vallée pour remplir un théâtre vide de Carcassonnais.

Lui qui fait venir, à sa rescousse,
un Président de Région socialiste condamné pour délit de favoritisme,
un Président du Conseil Général qui attend le moindre de ses faux pas pour l’éjecter ou encore
un maire voisin qui dit à qui veut l’entendre qu’il serait bon pour l’Avenir de Carcassonne qu’il soit battu !

Reste, pour masquer les difficultés et les amitiés fratricides, l’esbroufe et en cela, il est très fort… en autoproclamant un comité de soutien dont la première moitié ne vote pas à Carcassonne et dont l’autre moitié n’est même pas au courant qu’elle en fait partie !

Tout cela me fait penser que le méchant petit garçon n’est pas bien en ce moment. Nous lui avions pourtant lancé un avertissement, l’élection sentait de moins en moins la rose. Aujourd’hui, la fleur est fanée. Et à quelques jours des échéances, nos adversaires vont même jusqu’à utiliser la diffamation. Quel aveu de faiblesse ! Il se noient, il s ont peur et ils ont raison d’avoir peur car dimanche soir, nous serons devant !

A ce sujet, j’ai une pensée toute particulière pour les nombreux fonctionnaires de la CAC et de la mairie qui nous ont témoigné leur soutien mais ne peuvent pas être parmi nous ce soir ; cette majorité silencieuse que l’on a menacé.
Ils seront à nos côtés dimanche et c’est tous ensemble que nous gagnerons et que nous pourrons enfin appliquer le programme ambitieux que nous avons élaboré pour Carcassonne et son Avenir. En sortant la ville de la morosité dans laquelle elle est plongée ! Retrouvons la dynamique perdue, retrouvons cette envie de bâtir ensemble.

Cela passera bien sur par une politique volontariste et courageuse :

Il faudra réinvestir pour créer de l’emploi. Il y a urgence en ce domaine !

Il faudra redonner confiance à nos chefs d’entreprise, nos artisans et nos commerçants qui aujourd’hui souffrent,

Il nous faudra mettre un frein à une fiscalité insupportable ; des hausses d’impôts qui réduisent chaque jour notre pouvoir d’achat et qui ne nous permettent plus de Bien Vivre de notre Travail,

Il faudra aussi lancer le Tourisme d’Affaires que nous ne pouvons pas accueillir aujourd’hui par manque de structures. Ça aussi, c’est de l’emploi pour les Carcassonnaises et les Carcassonnais !

Il faudra retrouver une certaine qualité de vie à Carcassonne. Le centre ville s’est fortement dégradé en devenant sale, peu sur et inaccessible, notamment aux personnes handicapées,

Il faudra aider notre Cité à devenir plus accueillante et plus belle encore, pour nous et pour tous nos touristes,

Il faudra épauler les habitants des hameaux, nous avons entendu leurs demandes. Ils sont aujourd’hui coupés de leur administration et voient leur cadre de vie se dégrader chaque jour,

Il faudra redonner à nos aînés la considération qu’ils méritent, aider nos enfants à grandir dans des écoles adaptées aux nouvelles technologies et à la hausse des effectifs mais également épauler notre Jeunesse en lui donnant les moyens, par la création d’un campus universitaire, de rester à Carcassonne et d’y travailler,

Il faudra également mettre en avant notre Patrimoine et organiser des lieux de vie et des espaces verts, comme nous l’avons proposé pour Gambetta.

Vous savez, j’ai fait un rêve : celui d’une ville où les Carcassonnaises et les Carcassonnais étaient réunis
autour d’un même sentiment, l’amour de leur Ville,
autour d’un même projet, avancer ensemble,
autour d’une même équipe, LA NOTRE !

Ils nous attendent, NOUS ARRIVONS !

Bookmark and Share