Jean-Claude Pérez est un « petit Machiavel de boulevard », signé… Alain Tarlier :

Publié le 26 mars, 2014 à 5:24 par


Comme tout bon lecteur, nous avons beaucoup ri à la vue du dernier communiqué de notre adversaire Jean-Claude Pérez au sujet de notre union. Elle semble lui faire peur, et pour une fois au moins, il a raison !

Le « moins bon député de France » et « maire à quart temps de Carcassonne » appelle les Carcassonnaises et les Carcassonnais à voter, dimanche, « contre le mariage forcé Larrat-Chésa ».

Premièrement, nous tenons à rappeler à Mr Pérez que le « mariage forcé » a ruiné et ruine encore la vie de 70 000 femmes en France. Votre parabole est indigne. Décidemment, vous n’aimez pas les femmes. A défaut d’un bon mot, la prochaine fois, respectez au moins le malheur des autres.

Deuxièmement, un mariage forcé se fait sans consentement mutuel hors, nous, c’est avec grand plaisir, beaucoup d’entrain, de dynamisme et d’envie que nous nous sommes unis.
Bien sur, nous avons eu des griefs par le passé, bien sur nos idées divergent parfois, mais nos valeurs sont les mêmes. Les intérêts de Carcassonne et notre Amour pour la Ville passe bien au dessus de tout cela !
C’est d’ailleurs sûrement cet amour pour Carcassonne, qui vous est étranger, qui ne vous permet pas de comprendre notre démarche. Votre parti à vous, c’est le parti socialiste. Notre Parti à nous, c’est Carcassonne !

Troisièmement, comment osez-vous vous offusquer de l’union Larrat/Chésa alors que vous avez proposé aux électeurs, en 2008 et avec le triste résultat que l’on connaît, l’union Pérez/Tarlier ?

Voyons Mr Pérez, voulez-vous que nous vous rafraîchissions le mémoire ?

Au sujet de votre appétit glouton pour le cumul des mandats, le 10 mars 2000 dans les colonnes de La Dépêche du Midi (cliquer ici pour lire l’article ), Alain Tarlier avait déclaré : « Les militants en ont assez de ceux qui cumulent les mandats comme des babouins qui sautent de liane en liane, ce que fait Jean-Claude Pérez ». Il faut reconnaître qu’il vous connaît bien et depuis longtemps. C’est d’ailleurs lui qui vous avait alors qualifié de « petit Machiavel de boulevard ». Qui de mieux qu’un ami peut nous définir…

Cet « amitié » que vous partagez avec Alain Tarlier explique sûrement pourquoi la ville ne communique plus avec la CAC depuis plus d’un an, paralysant toute notre économie locale…

En conclusion, Mr Pérez, nous n’avons aucune leçon à recevoir de quelqu’un qui n’a jamais travaillé de sa vie, qui n’a jamais vécu d’autres choses que de la politique, dont l’attitude écoeure l’ensemble des français qui se lèvent chaque matin pour travailler (et oui, travailler c’est normal Mr Pérez) et qui perçoit entre 13 000 et 18 000 euros chaque mois pour assumer les postes de Député et de Maire auxquels il ne se rend même pas !

Dimanche, nous serons effectivement tous pour Carcassonne mais TOUS CONTRE VOUS !

Gérard Larrat et Isabelle Chésa

Bookmark and Share